Pourquoi maigrir ?

Pour des raisons médicales :

Certaines personnes ont besoin de faire un régime amaigrissant pour raisons médicales.

Pour évaluer ce surpoids, il existe des normes physiologiques. En effet, un indice de masse corporelle (IMC) a été défini par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour évaluer les risques de santé liés au surpoids chez l'adulte. Car le poids seul ne suffit pas à diagnostiquer une obésité ou un surpoids.

Cet IMC permet d'estimer la corpulence d'une personne. Il est calculé en divisant le poids par la taille au carré. Grâce à des études se basant sur la relation constatée statistiquement entre l'IMC et le taux de mortalité, des seuils ont ensuite été établis (maigreur, indice normal, surpoids, obésité) pour évaluer les seuils à partit desquels il y a risque médical, notamment risque de maladies cardiovasculaires.

Ainsi,

  • l'indice de masse corporelle est normalement compris entre 18,5 et 25 pour les adultes, quel que soient leur âge et leur sexe.
  • Entre 25 et 30 des facteurs de risques existent (diabète, hypercholestérolémie, hypertriglycéridémie, hypertension artérielle etc.).
  • Et au dessus de 30, l'obésité est patente et nécessite un régime amaigrissant strict

 

 L’IMC est une méthode fiable pour les adultes de 20 à 65 ans, mais ne peut pas être utilisée telle quelle pour les femmes enceintes ou qui allaitent, les athlètes d'endurance ou les personnes très musclées.

Interprétation de l'IMC (kg·m-2)

moins de 16,5

dénutrition

16,5 à 18,5

maigreur

18,5 à 25

corpulence normale

25 à 30

surpoids

30 à 35

obésité modérée

35 à 40

obésité sévère

plus de 40

obésité morbide ou massive

Cet indice est surtout utile pour mettre en évidence l'augmentation des facteurs de risques. Il n'a pas vocation à déterminer précisément la valeur de la masse grasse et encore moins de la masse musculaire et osseuse.

L'IMC est corrélé avec une hausse de la mortalité toutes causes confondues, mais on constate particulièrement une hausse des décès dus aux maladies cardio-vasculaires, aux cancers, au diabète,aux accidents au fur et à mesure de l'augmentation de l'IMC.

Cependant, l'impédancemétrie permet de connaître la proportion de masse grasse et de masse maigre.

La masse grasse doit constituer 15 à 25% du poids. Cela dépend cependant du sexe, de l'âge et du degré de sportivité. Pourcentage inférieur chez l'homme que chez la femme, inférieur également chez le sportif, et supérieur chez la personne plus âgée: à 50 ans, elle peut constituer 25 à 35%.

Ceci explique qu'un individu ayant un IMC normal de 22 mais un pourcentage de masse grasse de 30% vers l'âge de 25 ans pourra bénéficier d'un régime hypocalorique (voir différents régimes).

 

Pour des raisons esthétiques :

Certes, pour respecter les canons actuels de la beauté, les médias nous renvoient en permanence une image corporelle de grande minceur.
Ainsi, certaines femmes se trouvent parfois esthétiquement trop grosses alors que leur masse grasse est normale et leur IMC également. Dans ce cas, les régimes sont inutiles car les problèmes esthétiques sont dûs en général à un excès d'eau extra-cellulaire et seul un sport régulier amènera la modification de la silhouette désirée. D'autre part, l'intervention d'une esthéticienne, qui proposera des massages et des électrostimulations, les aidera à se réaproprier leur corps, et avoir un autre regard sur elles-mêmes.

Les adolescentes se trouvent souvent trop "rondes". Il faut savoir qu'à 15 ans la masse grasse est physiologiquement élevée. L'action hormonale se mettant en place permettra le développement musculaire et à 18 ans la silhouette sera plus élancée. Il faut conseiller la patience à ces jeunes filles et les inciter à la pratique très régulière d'un sport. Il faut également leur conseiller une alimentation plus équilibrée de laquelle seront bannies les grosses erreurs alimentaires (coca-cola en grandes quantités, hamburgers) très fréquentes à cet âge. A conseiller également la prise d'un petit déjeuner conséquent et la prise de laitages, car c'est à cet âge que les adolescentes constituent leur capital osseux pour la vie.

A la ménopause, les femmes prennent parfois jusqu'à une dizaine de kilos. C'est surtout en raison d'une prise alimentaire plus importante associée à une diminution de l'activité physique. Parfois, même avec un poids à peu près identique, il y a inversion du rapport masse grasse / masse maigre. C'est-à-dire que la masse grasse devient plus importante. Dans ces cas, un régime hypocalorique peut être conseillé, et surtout il est indispensable de retrouver une activité physique normale (marche à pied, bicyclette, golf, natation), et surtout très régulièrement.

Ceci est également valable pour les femmes de 35 à 45 ans trop sédentaires.

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site